JOUER COMPORTE DES RISQUES : ENDETTEMENT, DEPENDANCE, ISOLEMENT : APPELEZ LE 09 74 75 13 13 (APPEL NON SURTAXE) ou CLIQUEZ SUR MOI !  

LES   PARIEURS   FOUS

Le Football doit-il se pratiquer en 2011 comme il se pratiquait il y a 100 ans ?

LES PARIEURS FOUS le 16 décembre 2010

 

Il ne passe pas une seule semaine dans le monde du Football sans que l’on ne parle d’erreur d’arbitrage, de faute grave non sanctionnée, de tricheries diverses (pénalty imaginaire, simulation d’agression…), de but valable refusé, de décision scandaleuse, etc… et à chaque fois, on se réfère à la vidéo pour résoudre tous ces problèmes.

LES PARIEURS FOUS sont tout à fait conscients que la vidéo ne résoudra pas tous les problèmes. Ceci dit, elle est tout de même capable d’en résoudre un nombre assez important.

Pour se justifier, les hautes instances du Football (Sepp Blatter, Président de la FIFA et Michel PLATINI, Président de l’UEFA, en tête) déclarent qu’il ne doit pas y avoir de règles différentes selon les niveaux du football et que ces règles doivent être les mêmes partout et pour tous !...

 

Nous prendraient-ils pour des ânes ?

 

Où est l’égalité des règlements entre un match international disposant de 4 arbitres officiels reliés par des oreillettes et un match de jeunes où officie un seul bénévole sans aucune aide ni même un diplôme d’arbitrage ? Et on ne compare même pas ces piliers bénévoles de l'amateurisme avec les matches de Champion’s League où l’on expérimente la présence de 6 arbitres !

Allons, messieurs, un peu de sérieux s’il vous plaît !

Intégrer l’arbitrage vidéo dans le Football ne faussera en rien les règles du monde du football amateur, il y aura toujours un "monde" d'écart alors inutile de se servir de cet alibi pour justifier l'injustifiable !

 

Le second argument de nos grands dirigeants est que cela hacherait trop le match… Parce que, actuellement, lorsqu’il y a une décision importante prise par un arbitre et contestée par l’équipe adverse, on ne hache pas le match peut-être ? Bien sûr que non messieurs, on ne fait que « pourrir » l'esprit de la rencontre en énervant les joueurs et en provoquant des cartons jaunes, voire même parfois des cartons rouges… Ce qui, de fait, fausse inéluctablement le résultat à l'issue !

 

3ème motivation pour refuser l'intégration de la vidéo : dans quelles conditions s’en servir ? Cela risque d’être compliqué !

Voilà encore un argument qui « ne tient pas la route » car, aujourd’hui, ce n’est pas compliqué d’arbitrer peut-être !... Demander donc à la majorité des arbitres ce qu'ils en pensent !

 

Comme on dit populairement, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir, pour plus sourd que celui qui ne veut pas entendre et pas plus muet que celui qui ne veut pas parler !... Nos big boss du football seraient-ils des adeptes des 3 singes si célèbres ?

 

Si on est capable de désigner 6 arbitres par matches dont un certain nombre ne servent pas à grand-chose, on doit être capable de demander au 4ème arbitre de se mettre à la « table vidéo » pour aider l’arbitre central. Et si on ne veut pas que ce 4 ème arbitre quitte le bord de la touche pour surveiller les 2 dangereux entraîneurs, on doit être capable de désigner un 5 ème arbitre pour s’y mettre, lui, à la « table vidéo » ! Et en plus on économise un arbitre…

 

Dans l'éventualité où les têtes pensantes du Football international décidaient enfin d'adapter le Football à son époque comme l'ont déjà fait d'autres sports tout aussi populaires (Rugby et Tennis notamment, à partir ou bien jusqu'à quel niveau oblige-t-on la présence de la vidéo ?

Pour LES PARIEURS FOUS, la réponse est toute simple : pour toutes les rencontres internationales officielles et pour tous les Championnats Nationaux de Ligue 1, chaque fédération étant libre ensuite d’étendre ou non la présence de la vidéo aux championnats professionnels inférieurs.

 

Vient ensuite la sempiternelle question qui bloque cette avancée technique incontournable à terme : quelles actions arbitrer avec la vidéo ?

La réponse semble toute aussi simple : principalement, celles qui se déroulent dans la surface de réparation, les positions de hors-jeu en cas de but ainsi que celles pour lesquelles l’arbitre central demande l’arbitrage vidéo comme au Rugby s’il a un doute sur sa décision à prendre. Ensuite, pour le reste, le 5 ème arbitre est à même d’intervenir assez rapidement par l’oreillette auprès de l’arbitre central pour lui signaler tout oubli, faute, agression, tricherie… non vue !

 

Nous sommes convaincus qu’avec la vidéo, comme au rugby, les décisions arbitrales ne seront pratiquement plus contestées, la sérénité reviendra sur les terrains de Football, les tricheries diminueront, les sentiments d’injustice et les déclarations tapageuses deviendront plus que rares voire inexistantes et les arbitres pourront, enfin, exercer leur profession avec plus de sérénité… N'est-ce pas ce que tout le monde demande ?

 

Une chose est certaine, avec ces nouvelles dispositions, les tricheurs seront neutralisés et les cartons jaunes et rouges diminueront… ce qui provoquera inéluctablement des baisses importantes d’amendes pour les fédérations, car pour ceux qui ne le savent pas, les fédérations appliquent des amendes pour chaque carton jaune ou rouge ainsi que pour tous les faits graves…

 

Et que font fédérations et ligues de tout cet argent ? De bons gueuletons pardi !... Entre autres bien entendu !

 

De là à dire que c’est pour cette raison que les hautes instances du Football ne veulent pas de la vidéo, il n’y a qu’un pas que LES PARIEURS FOUS ne franchiront pas !... D'autres s'en chargeront sûrement !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire